12e sonate pour piano

18,01 €
DLT1700


En trois parties enchaînées

- 1° Une introduction et un mouvement modéré

- 2° Un scherzo

- 3° Un récitatif enchaîné à une ariette avec variations

 

A remarquer : Le seul point d’arrêt dans cette sonate se situe entre la première partie et le scherzo. Malgré cela et bien que tout s’enchaîne depuis le scherzo jusqu’à la fin, la sonate s’organise émotionnellement en deux climats, l’ariette donnant une réponse apaisée à l’ensemble contrasté, souvent dramatique, parfois étrange de ce qui la précède. Ses variations gardent, malgré leur différenciation très accusée, le bénéfice de cette sérénité. C’est évidemment cette bipartition, et non la répartition par mouvements de tempos différenciés, qui définit la structure réelle de la sonate. En outre les éléments thématiques de ces deux parties s’appuient sur des intervalles mélodiques de caractère opposé. La première sur des tritons et des tierces exposées en fausses relations, la deuxième sur des quintes justes qui assurent toute sa thématique.

On observera dans les deux épisodes qui s’insèrent dans le scherzo : l’écriture pianistique des formules monodiques en décalage entre les deux mains, qui permet l’enchaînement d’accords par substitution successive de leurs éléments ; les successions de quartes descendantes suspendues à une tierce tenue dont elles complètent l’accord par des intervalles chaque fois différents.

La variation trois comporte deux épisodes dans lesquels l’écriture pianistique prend un caractère orchestral non par un déploiement de puissance sonore mais par le contraste entre les modes de ponctuation. Cette écriture exclut évidemment tout usage de la pédale.

Durée : 00:19:10
Matériel : Partition
Date de publication : 2015
Style : Contemporain
Code EAN : 9790232110462
Difficulté : (6/8) Assez difficile
Format d'édition : Format imprimé

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Ajouter à la liste